Contrat AESH : les obligations de l’employeur pour les élèves en situation de handicap avec troubles moteurs

Le Contrat d’Accompagnant des Élèves en Situation de Handicap (AESH) est un dispositif essentiel pour garantir une éducation inclusive et adaptée aux besoins des élèves présentant des troubles moteurs. Mais quelles sont les obligations de l’employeur envers ces professionnels qui accompagnent au quotidien les élèves en situation de handicap ? Cet article vous propose un tour d’horizon des principales responsabilités et missions à assumer par l’employeur dans ce contexte spécifique.

Recrutement et formation des AESH

Première étape cruciale pour assurer un accompagnement de qualité : le recrutement et la formation des AESH. L’employeur, généralement une collectivité territoriale ou un établissement scolaire, doit veiller à sélectionner des candidats ayant les compétences requises pour accompagner efficacement les élèves en situation de handicap. Il est également responsable de leur fournir une formation initiale adaptée aux besoins spécifiques des élèves qu’ils seront amenés à accompagner.

Cette formation doit aborder différents aspects, tels que la connaissance des différents types de handicaps, les techniques d’aide à la mobilité ou encore la communication avec les élèves concernés. En outre, l’employeur doit s’assurer du suivi régulier d’actions de formation continue permettant aux AESH de maintenir et d’actualiser leurs compétences tout au long de leur carrière.

Mise en place et suivi du projet personnalisé de scolarisation (PPS)

L’employeur doit également veiller à la mise en place et au suivi d’un projet personnalisé de scolarisation (PPS) pour chaque élève en situation de handicap accompagné par un AESH. Ce document, élaboré en concertation avec l’équipe éducative et les parents de l’élève, définit les modalités d’accompagnement et les adaptations pédagogiques nécessaires pour favoriser la réussite scolaire de l’enfant concerné.

A lire également  Rupture de la période d'essai : Comprendre et gérer efficacement ce processus légal

Il revient à l’employeur de s’assurer que les AESH disposent des moyens et du temps nécessaires pour participer aux réunions relatives au PPS, ainsi que pour mettre en œuvre les actions prévues dans ce cadre. L’évaluation régulière des besoins de l’élève et l’ajustement éventuel du PPS font également partie des responsabilités incombant à l’employeur.

Conditions de travail et rémunération des AESH

L’amélioration des conditions de travail des AESH est un enjeu majeur pour assurer la qualité de l’accompagnement proposé aux élèves en situation de handicap. L’employeur doit donc veiller à ce que ces professionnels bénéficient d’un environnement adapté, tant sur le plan matériel qu’humain. Cela implique notamment la mise à disposition d’équipements et de matériel adaptés, ainsi que la possibilité de travailler en équipe pluridisciplinaire.

En matière de rémunération, l’employeur doit respecter les grilles salariales prévues par la législation pour les AESH, qui sont fonction de leur expérience et de leur niveau de qualification. Il est également tenu de prendre en compte le temps passé en formation ou en réunion dans le calcul du temps de travail et de la rémunération des AESH.

Maintien dans l’emploi et évolution professionnelle

Enfin, l’employeur a un rôle à jouer pour favoriser le maintien dans l’emploi et l’évolution professionnelle des AESH. Cela passe notamment par la mise en place d’un suivi régulier permettant d’identifier les besoins en formation, ainsi que par la reconnaissance des compétences acquises au fil du temps.

L’employeur peut également soutenir les AESH dans leurs démarches d’évolution professionnelle, en leur proposant des missions complémentaires ou en les aidant à accéder à des postes à responsabilités au sein de l’établissement ou de la collectivité territoriale.

A lire également  Acquisition de la Nationalité Française : Un Guide Complet et Éclairé

En résumé, les obligations de l’employeur vis-à-vis des AESH concernent principalement le recrutement et la formation, la mise en place et le suivi du PPS, les conditions de travail et la rémunération, ainsi que le maintien dans l’emploi et l’évolution professionnelle. En assurant ces responsabilités, l’employeur contribue grandement à garantir un accompagnement de qualité pour les élèves en situation de handicap avec troubles moteurs, et ainsi à promouvoir une éducation véritablement inclusive.